Familles confinées : une inégalité à redécouvrir l’habiter ?

Les possibilités de « redécouvertes » de son habitat ou de recentrement sur soi sont inégales selon les classes sociales et les conditions matérielles d’existence (grand appartement ou maison, conservation de l’emploi, confort technologique et notamment numérique ). Les plus précaires semble devoir « faire avec » le confinement et adapter leur quotidien aux mesures sanitaires imposées, dans un espace réduit et avec un accès limité aux technologies d’information et de communication. Pour ces familles, les « nouveaux usages du logement » – le plus souvent contraints – font l’objet de compromis, négociations, partages et répartitions, lesquels s’incarneraient principalement autour des problématiques d’espaces et de temps.

Ces hypothèses s’appuie sur les premiers retours d’une enquête qualitative par entretien menée pendant le confinement auprès d’une population aux profils variés (en termes de genre, âge, classe, sexualité) et dans différents types d’habitats (maison ou appartement, en parc privé ou HLM, squat, bidonville). A partir de ce matériau d’enquête, nous souhaitons analyser les conditions matérielles inégales de confinement et leurs conséquences sur les modes d’habiter. Nous nous intéresserons aux éventuelles « réinventions » des usages de l’habiter et renégociations des relations familiales et communautaires, au prisme de la classe sociale et du genre.



Citer ce billet
soulier (2020, 27 octobre). Familles confinées : une inégalité à redécouvrir l’habiter ? Covid-19 et conséquences du confinement de la population. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/og4o