Le numérique, accès et usages différenciés : des inégalités renforcées pendant le confinement ?

De nombreux travaux mettent régulièrement en avant une « fracture numérique » qui entraîne ou exacerbe certaines inégalités sociales (scolaires, médicales, professionnelles)[1]. La période de confinement a agi comme un accélérateur pour ce phénomène en réduisant les possibilités de face à face dans toutes les interactions et notamment dans les institutions, que ce soit au niveau scolaire ou dans les organismes d’ouverture de droits sociaux. Le manque de moyens matériels, de ressources sociales ou de compétences technologiques ont renforcé la distance entre certaines populations, souvent en situation de précarité, et les services de l’Etat qui – paradoxalement – ont en charge la réduction de ces inégalités sociales.

Le corpus, aux profils variés, de l’enquête EPIDEMIC montre que les lignes de fractures sont multiples : plusieurs catégories de populations (personnes précaires, migrant·e·s, personnes âgées) sont touchées ; l’impact et les conséquences sont plus ou moins importants selon les populations ; et enfin, les inégalités qui se trouvent renforcées concernent différents champs. Aborder la question des inégalités à travers le prisme du numérique permet d’accéder à de nombreux domaines de pratiques qui vont de l’accès aux droits au maintien des sociabilités.

Alors que le terme de « distanciation sociale » a été très critiqué puisque, a priori, seule une distance physique est requise et que rien n’empêche de maintenir un lien social tout en restant physiquement distant, notamment si les activités sont réorganisées autour de l’usage des TICs, la fracture numérique doit nécessairement nous questionner : est-ce que la distance physique n’implique pas nécessairement pour certains une rupture avec le corps social ?

Un équipement numérique très inégal

Sur les 75 personnes interrogées, presque toutes possédaient un smartphone (au moins deux personnes possédait un téléphone non connecté)[2]. Mais ce constat nécessite quelques précisions. Pour une famille, le smartphone était le seul appareil connecté pour un ménage de six personnes. Dans d’autres familles, les enfants possédaient chacun des tablettes ou des ordinateurs. De la même façon, l’accès à Internet n’était pas garanti pour tous les détenteurs de smartphone. Un homme en attente de régularisation et vivant en squat expliquait ainsi ne pas avoir assez d’argent pour acheter régulièrement du crédit Internet et avoir des difficultés à se connecter du fait du confinement, ne pouvant comme en temps normal bénéficier du wifi gratuit de la médiathèque.

Au niveau des ordinateurs, de fortes disparités apparaissent. C’est un outil rare au sein des ménages les plus précaires – notamment ceux vivant dans des conditions/situations de logement difficiles (squat, bidonville) – qui n’ont par ailleurs pas d’accès privé à internet. Pour les ménages plus aisés, l’ordinateur peut être familial ou bien à usage individuel.

Si une majorité des répondants ont déclaré avoir augmenté leurs temps d’écran, de nombreuses différences sont apparues à la fois dans les formes de consommation et les produits numériques consommés. Certain.e.s ont découvert ou davantage investi dans des objectifs de maintien des sociabilités (WhatsApp, Messenger) et/ou de divertissement (Tik Tok, jeux vidéo). Le confinement a entraîné des changements dans les usages, à travers la mise en place de la continuité pédagogique, du télétravail ou encore de la dématérialisation des démarches d’accès aux droits.

Des inégalités renforcées par les écarts de littératie numérique

La fermeture des services de l’État s’est faite au fur à mesure du confinement. Pour éviter de trop nombreuses ruptures de droits, certaines dispositions ont été adoptées comme le prolongement automatique des droits CSS (Complémentaire santé solidaire, ex-CMU-C). Le maintien du service public s’est également concrétisé par sa dématérialisation. Le personnel a continué de travailler mais l’accueil du public a été partiellement ou complètement suspendu et les demandes redirigées vers des démarches en ligne. Ce processus de dématérialisation et de numérisation des services de l’État est ancien[3] mais la période de confinement a entraîné une accélération du phénomène, avec une réduction des autres possibilités, notamment des rendez-vous physiques.

Les études sur la littératie numérique permettent de mieux comprendre l’impact de ce phénomène de dématérialisation sur les inégalités sociales. On entend ici par littératie numérique, conçue sur le modèle de la littératie en santé, la capacité d’un individu à trouver de l’information à travers les outils numériques, à la comprendre et à l’utiliser dans le but d’améliorer notamment son accès aux droits ou de développer son autonomie. Elle concerne à la fois la maîtrise des outils numériques et leur utilisation efficace pour faciliter son intégration sociale et politique. Ces recherches font apparaître des catégories de population pour qui l’accès et la maîtrise du numérique sont compliqués pour différentes raisons (difficultés langagières, non maîtrise des outils, non accès aux outils). L’âge, la classe sociale ou encore le capital culturel sont ainsi des éléments essentiels à prendre en compte et à croiser, pour analyser ce phénomène.

Accès aux droits réduit et éloignement de l’action sociale

L’enquête laisse apparaître certaines difficultés posées par le tout numérique instauré pendant le confinement. On peut ainsi citer l’éloignement des institutions pour les personnes précaires, migrantes et/ou mal logées notamment, et le creusement de la distance aux autres des personnes âgées et des personnes isolées de classes populaires.

La fermeture de la plupart des guichets et les difficultés d’accès aux travailleurs sociaux a ainsi entraîné des ruptures de droits « classiques » ou la mise en attente de certaines procédures pour les ménages les plus fragiles économiquement. Dans le même temps, des démarches étaient souvent nécessaires pour accéder aux aides « exceptionnelles » mises en place par l’État ou les collectivités. Tous les ménages n’ont cependant pas eu le même accès aux informations (connaissance de ces aides) ou les mêmes possibilités pour entreprendre les nouvelles démarches. On retrouve ici la typologie classique des phénomènes de non recours aux droits qui ne concerne pas uniquement les droits demandés non obtenus, mais prend aussi en compte le non recours par non-connaissance (l’offre n’est pas connue) ou par non-proposition (l’offre n’est pas proposée malgré l’éligibilité du demandeur)[4]. Les études sur le non recours montrent de plus le rôle souvent essentiel, pour une partie de la population moins bien dotée en capital économique et culturel, des travailleurs sociaux mais également des salariés au guichet dans la « guidance » vers les droits[5].

Enfin, le rapport au numérique a eu des effets sur l’accès aux informations sur la pandémie ou aux mesures gouvernementales. Un homme vivant sur un bidonville explique ainsi avoir été mis au courant du confinement le 17 mars, le lendemain de sa mise en place, alors qu’il s’était rendu à son activité non déclaré sur un chantier.

La continuité pédagogique, possibilités et enjeux

Les inégalités scolaires en lien avec le numérique ont elles aussi augmenté à travers la mise en place de la continuité pédagogique. Du moins, l’enquête montre de très fortes inégalités dans les possibilités concrètes de mise en place de cette continuité en termes d’équipement : nombre d’outil connecté par enfant scolarisé, accès à une imprimante, connexion de qualité… 

Bien sûr la continuité pédagogique ne se résume pas à cette dimension matérielle. Les ressources parentales pour aider dans le suivi scolaire et la disponibilité psychologique et temporelle sont deux éléments clés supplémentaires, parmi d’autres, pour comprendre les inégalités créées/accentuées pendant le confinement. Aborder la continuité pédagogique par le prisme du numérique permet de relever différentes pistes d’analyse. Les parents et aidants parlent des difficultés de suivre le programme proposé mais également des différences de propositions pédagogiques selon les enseignants. Certains analysent notamment ces différences à travers une focale générationnelle, certains enseignants étant jugés davantage à l’aise avec le numérique car plus jeunes. Dans tous les cas, ces différences pédagogiques entraînent des investissements différenciés des parents selon les enfants dans les fratries. D’autres arbitrages par élève ou entre enfants sont également visibles. Certains enseignements et certaines sections apparaissant plus importants que d’autres, le soutien entraîne des choix de la part des parents et en partie des enfants. Ces choix pédagogiques diffèrent selon les familles, l’équipement numérique ou encore les conditions de logement (espace plus ou moins restreint pour mettre en place le suivi). 

L’enquête a rappelé que les enjeux autour de la scolarité étaient socialement différenciés, mais a également montré que d’autres critères pouvaient intervenir. Ainsi, des migrants jeunes majeurs ou des accompagnants de mineurs non accompagnés ont souligné le stress qu’entraînait cette période, surtout quand le suivi pédagogique était rendu difficile par les conditions matérielles de vie. En effet, pour les MNA la réussite scolaire est associée au maintien sur le territoire, s’ils n’ont pas, une fois majeurs, intégré une formation professionnelle ou accédé à l’emploi, ils ne pourront pas prétendre à une nouvelle régularisation. 

La dimension largement « connectée » du confinement est un angle d’analyse important qui ouvre sur des questionnements scientifiques féconds. Le numérique et ses usages constituent des marqueurs sociaux, culturels et générationnels pertinents pour contribuer à examiner les inégalités. On peut également citer le renforcement des inégalités de genre à travers les différences d’accès au télétravail et de conditions de télétravail (espace dédié, gestion des autres tâches familiales)[6]. L’analyse complète du matériau permettra de répondre plus précisément à ce thème et aux pistes ouvertes dans ce texte mais également à d’autres questions, comme celle de l’éventuel maintien de formes de distinction sociale dans l’usage des réseaux sociaux.

Bibliographie indicative :

Défenseur des droits, Dématérialisation et inégalités d’accès aux services publics, Rapport 2019.

Granjon F., « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l’informatique connectée », Les Cahiers du numérique, vol. vol. 5, no. 1, 2009, pp. 19-44.

Lambert A. et al, « Emploi, télétravail et conditions de travail : les femmes ont perdu à tous les niveaux pendant le Covid-19 », The conversation, 5 juillet 2020.

Warin P., 2017, Le non-recours aux politiques sociales, PUG.

https://www.credoc.fr/publications/barometre-du-numerique-2019

https://odenore.msh-alpes.fr/documents/WP1definition_typologies_non_recours.pdf


[1] Granjon, Fabien. « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l’informatique connectée », Les Cahiers du numérique, vol. vol. 5, no. 1, 2009, pp. 19-44.

[2] Pour les données nationales, voir https://www.credoc.fr/publications/barometre-du-numerique-2019

[3] Défenseur des droits, Dématérialisation et inégalités d’accès aux services publics, Rapport 2019.

[4] https://odenore.msh-alpes.fr/documents/WP1definition_typologies_non_recours.pdf

[5] Warin P., 2017, Le non-recours aux politiques sociales, PUG.

[6] Lambert A. et al, « Emploi, télétravail et conditions de travail : les femmes ont perdu à tous les niveaux pendant le Covid-19 », The conversation, 5 juillet 2020.



Citer ce billet
beltran (2020, 29 novembre). Le numérique, accès et usages différenciés : des inégalités renforcées pendant le confinement ? Covid-19 et conséquences du confinement de la population. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/og4x