L’épidémie face aux inégalités sociales : constat et hypothèses initiales

Les inégalités sociales de santé, i.e. le fait que l’état de santé décroît au fur et à mesure que le niveau social baisse, sont importantes en France et ne tendent pas à se réduire (Mackenbach 2017). Nous pouvons ainsi parler d’un gradient social de santé omniprésent dans le temps et les différents contextes nationaux et locaux (Hertzman 2012). Le rôle des déterminants sociaux sur l’état de santé et l’existence d’un gradient social de santé sont largement démontrés dans la littérature (Galobardes et al. 2006 & Cambois et al. 2008). Les travaux d’épidémiologie sociale ont permis de mettre en évidence l’influence de l’environnement socioéconomique au cours de la vie sur l’état de santé. Cette influence persiste après la prise en compte des comportements à risques.

Ce gradient social concerne des formes pathologiques diverses et les infections ne font pas exception, le risque d’infection n’étant pas le même selon les caractéristiques de logement, de travail et de nutrition des individus (Garès et al. 2017). Un gradient social est ainsi retrouvé dans un grand nombre d’infections et, en miroir, vis-à-vis de la vaccination dans le monde (Bocquier et al. 2017) et particulièrement en France (Bocquier et al. 2018). Concernant l’épidémie de COVID-19, nous ne pouvons, à ce stade, que faire des hypothèses car il existe peu de données sur le risque d’infection et d’évolution en fonction des déterminants sociaux. Deux travaux récents, portant sur les facteurs de risque d’évolution des patients infectés, ont ainsi mis en évidence le rôle de l’âge et de certaines comorbidités, mais aucun des deux n’a collecté d’informations sociales relatives aux patients (Wu et al. 2020 & Zhou et al. 2020). A partir de travaux sur d’autres pathologies, nous faisons ainsi l’hypothèse que certains  déterminants seront susceptibles d’influencer le risque d’infection et d’évolution :

i) Le genre : l’infection ne touchera pas les hommes et les femmes de la même façon puisque les rôles sociaux et professionnels ne les soumettent pas aux risques de la même façon (Wenham et al. 2020). Il en va de même de la gravité de la maladie et des décès qui tendent à être plus fréquents chez les hommes que chez les femmes. On observe en effet un sur-risque masculin dans les deux travaux précédents, bien que non significatif, probablement en lien avec un problème de puissance (Wu et al. 2020 & Zhou et al.2020) ;
ii) De même, le contexte socioéconomique exposera davantage les travailleurs confrontés à la population et les personnes ayant une activité de soins. Enfin, le lieu de résidence peut, à la fois, jouer sur le risque d’infection et sur le recours au système de soins, et donc sur la prise en charge.