Considérer les conditions matérielles d’existence durant le confinement

Les décisions publiques et sociales prises pour contenir l’épidémie en France méritent d’être étudiées afin de connaître leurs conséquences à court, moyen et long termes et de se préparer au mieux pour les épidémies futures. Documenter différentes situations de confinement et analyser leurs conséquences psychologiques, sociales et économiques nous permettra, en effet, d’explorer les liens existant entre les méthodes de contrôle des épidémies et la distribution de la vulnérabilité dans une population, pendant et après une épidémie (Lynteris & Poleykett 2018).

En explorant les impacts politiques et sociaux de la quarantaine dans différentes parties du monde, les historiens ont ainsi pu démontrer comment des mesures de confinement ont permis d’instituer des relations économiques et de pouvoir sur le terrain (voir Bashford 2016 ; Chircop & Martinez 2018). Des anthropologues ont, à leur tour, mis en évidence les inégalités sociales et économiques qui pouvaient être à la fois révélées et renforcées par les mesures de confinement imposées lors de récentes épidémies (Briggs & Mantini-Briggs 2016). Ces travaux soulignent la subtilité des enjeux communicationnels et l’attention à porter aux conditions matérielles d’existence des personnes lors d’interventions aussi massives en santé publique. Ces analyses, portant sur des expériences antérieures de confinement à visée sanitaire, soulignent l’intérêt de considérer les effets différenciés des mesures de confinement en fonction des groupes socioéconomiques visés et de prêter attention aux questions relevant de l’expérience ordinaire vécue intimement pour construire le consensus sur ces questions (Poleykett 2018).

La disparité des situations et la mise en danger de personnes vulnérables au nom de l’impératif sanitaire questionnent la compatibilité d’une mesure uniforme de confinement avec le principe de justice sociale. Dans la mesure où la réflexion philosophique sur la justice consiste à déterminer les distinctions qui justifient moralement un traitement égal et celles qui justifient un traitement différent, un examen détaillé des conditions concrètes d’existence des personnes confinées est nécessaire pour prendre la mesure des difficultés auxquelles celles-ci sont confrontées dans leur quotidien et déterminer comment accompagner au mieux les populations défavorisées et les personnes vulnérables en temps de crise.

L’examen des conditions concrètes dans lesquelles différentes populations sont susceptibles de faire l’expérience de mesures nationales de confinement constitue donc un enjeu de santé publique et de justice sociale majeur.