Le confinement comme évènement traumatogène

Des travaux récents en psychologie tentent de résumer ce que l’on sait de ces conséquences à partir d’expériences de confinement antérieures, telles que l’épidémie du SRAS, Ebola, Grippe H1N1 (Tourette-Turgis 2020 ; Brooks 2020). Les travaux montrent que non seulement l’épidémie, mais aussi le confinement à domicile, l’isolement social, le poids de l’incertitude viennent affecter la santé mentale. Ils sont des événements traumatogènes pouvant générer une forte charge émotionnelle et engendrer de nombreuses répercussions sur le plan psychologique : fatigue émotionnelle, troubles du sommeil, stress, préoccupations, peur de l’infection et des autres, colère, ennui… À cela, peuvent s’ajouter des symptômes de stress post-traumatique quand le confinement dure plus de dix jours. Concernant les déterminants de ces conséquences, les résultats semblent inconsistants quant au rôle de l’âge, du genre, du niveau social ou encore du statut marital (Brooks 2020). Néanmoins, ces travaux colligent des expériences très différentes, avec des méthodes de confinement très variées, limitant la possibilité de généralisation. Des travaux commencent à être publiés sur la COVID-19 à partir de l’expérience chinoise et semblent mettre en évidence, sur un échantillon de plus de 52 000 personnes, le rôle de l’âge (plus de détresse psychologique chez les plus jeunes et les plus âgés), du genre (plus de détresse psychologique chez les femmes), du niveau d’étude (plus de détresse chez les personnes les plus éduquées). Ces résultats sont à confirmer dans d’autres pays, et en particulier dans le contexte français pour lequel pas ou peu de données existent.