Entendre une population confinée en France

Depuis le 16 mars 2020, toutes les personnes résidant sur le territoire français, excepté ceux/celles dont l’activité professionnelle considérée comme nécessaire ne peut être exercée à distance, sont confiné.e.s à leur domicile. Mais tous les individus sont-ils/elles égaux/égales face à cette mesure et que sait-on concrètement des conditions de ce confinement et des différentes pratiques dans les territoires ruraux, urbains et périurbains ; selon que l’on réside en habitat individuel ou collectif ; que l’on dispose ou non d’un jardin ? Quels sont les problèmes qui se posent très concrètement aux parents d’enfants de différents âges ; aux personnes fragiles, qu’elles soient âgées, handicapées ou atteintes de pathologies ? Comment ces mesures s’appliquent-elles pour les personnes subissant (simultanément) différentes formes de domination ou de discrimination ? En quoi le quotidien des familles dont l’un des membres n’a pas été soumis au confinement diffère-t-il des autres ? Comment la population générale et en particulier les patient·e·s atteint·e·s du COVID-19 assigné·e·s à résidence se positionnent-ils/elles face à de nouvelles normes sanitaires (distanciation sociale, lavage des mains toutes les deux heures, prise de température…) ? A l’heure où les portes se ferment sur les familles, quel suivi social est proposé dans les foyers, notamment dans ceux où la restauration scolaire et/ou la distribution alimentaire solidaire étaient les seules sources alimentaires ? 

Dans les circonstances de restriction qui furent les nôtres au printemps 2020, l’examen des conditions concrètes de vie des personnes confinées s’appuie sur une campagne d’entretiens semi-directifs conduits durant le confinement (avril et mai 2020).

Nous avons cherché à mener des entretiens auprès de personnes confinées, sélectionnées en fonction de leur lieu de résidence (rural, urbain et périurbain) afin de représenter la plus grande diversité des conditions de confinement et en recherchant des profils sociodémographiques diversifiés. Les personnes ayant répondu au questionnaire (large diffusion nationale) ont également eu la possibilité de nous contacter pour un entretien, puis nous avons contacté des personnes en fonction de leur lieu de résidence et de leurs situations socioéconomiques, par effet boules de neige. Ces entretiens ont été menés tambour-battant jusqu’à saturation des résultats (75 entretiens auprès de personnes directement concernées auxquels s’ajoutent 9 entretiens menés auprès de professionnels et d’associatifs, soit un corpus de 92 heures). Nous proposerons une analyse thématique des entretiens, reposant sur l’utilisation d’un logiciel d’analyse des données textuelles.

Le collectif des ConfIns coordonne ces travaux de recherche et l’analyse des nombreux entretiens.