Archives par étiquette : épidémiologie

Les données de santé, un patrimoine commun qui doit servir à améliorer la santé de tous

Publié le 29/10/2020 à 06h45 | Temps de Lecture 5 min
Lire la tribune sur Le Monde.fr

Exhaustives et précises sur nos conditions de vie, notre santé, nos soins…, de nombreuses données sont collectées tous les jours mais restent peu ou pas disponibles pour la recherche, regrette dans une tribune au « Monde » un collectif de professeurs de médecine.

Continuer la lecture

Attitudes to Covid-19 public health measures

This summary is part of the social epidemiology work package of the EPIDEMIC project. It looks at the public health measures put in place to limit the spread of the Covid-19 epidemic in France and the socio-demographic and economic characteristics associated with whether or not these measures were adhered to.

Data sources : Baromètre COVID 19 database, wave 1 to 4 (7th April –5th May 2020) https://datacovid.org

Neufcourt, Lola, Camille Joannès, Marine Maurel, Michelle Kelly-Irving, et Cyrille Delpierre. « Attitudes to Covid-19 Public Health Measures ». Summary. Translate by Niamh Redmond. Program EPIDEMIC Firt Results. Toulouse: IFERISS, 01 juillet 2020.

Continuer la lecture

Covid-19 infection and socio-economic characteristics

This summary is part of the social epidemiology work package of the EPIDEMIC project. It describes the COVID-19 epidemic in France in socio-demographic and economic terms.

Data sources : Baromètre COVID 19 database, wave 1 to 4 (7th April –5th May 2020) https://datacovid.org

Citation : Joannès, Camille, Marine Maurel, Lola Neufcourt, Cyrille Delpierre, et Michelle Kelly-Irving. « Covid-19 Infection and Socio-Economic Characteristics ». Summary. Translate by Niamh Redmond. Program EPIDEMIC Firt Results. Toulouse: IFERISS, 30 juin 2020.

Continuer la lecture

Équipe EQUITY du CERPOP, UMR1295

EQUITY – Embodiment, social ineQualities, lifecoUrse epidemiology, cancer and chronIc diseases, intervenTions, methodologY est une équipe d’épidémiologie constitutive du CERPOP, UMR1295 (ex-UMR1027), INSERM / Université Toulouse III Paul Sabatier. Elle est membre de l’Institut Fédératif d’Études et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société.

L’étude de la construction des inégalités sociales de santé au cours de la vie constitue la thématique générale de l’équipe, en se concentrant sur les maladies chroniques et notamment les cancers. En savoir plus.

Continuer la lecture

Tous égaux devant les gestes barrières ? Responsabilité individuelle et contraintes sociales

Les enseignements du module « inégalités sociales » du Baromètre Covid_19
par B. Dormont, P. Dourgnon, L. Rochaix, M. Kelly-Irving, C. Delpierre

Faisant irruption dans nos modes de vie individualistes, l’épidémie de Covid a replacé au centre de nos préoccupations la notion de responsabilité sociale, c’est-à-dire les conséquences collectives de nos comportements individuels.

Face à l’ampleur de l’épidémie, le gouvernement français, comme ses voisins, a imposé un confinement et des mesures contraignantes sur les déplacements, assortis d’injonctions de distanciation sociale. Dans un tel contexte, chacun devait comprendre que protéger les autres, c’était se protéger soi-même.

Le respect des gestes de distanciation sociale a rapidement été converti en norme morale dans le débat public. Les médias ont abondamment diffusé des images stigmatisant les comportements irresponsables : pique-nique au soleil, attroupements sur les trottoirs, absence de distanciation physique. Le 3 avril 2020, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, affirma que « Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement ne l’ont pas respecté. Il y a une corrélation très simple. ». Ce jugement, qui n’était étayé par aucune preuve et relevait de la caricature suscita l’indignation générale. Mais cette tendance à stigmatiser des comportements déviants et à travers eux, certains groupes de population, reste présente. On la retrouve aujourd’hui dans la responsabilité maintenant imputée aux « jeunes » dans le regain de l’épidémie.

Continuer la lecture →

Conditions de vie et compréhension des consignes médicales au temps du Covid-19

Cette note de synthèse s’inscrit dans le volet épidémiologie sociale du projet de recherche EPIDEMIC. Elle s’intéresse aux conditions de vie des individus pendant le confinement et à leur compréhension des consignes médicales (appelée aussi, littératie en santé) en lien avec le contexte socio-économique.

Source : Baromètre COVID 19, vagues 1 à 4 (7 avril –5 mai 2020), https://datacovid.org

Citation : Maurel, Marine, Camille Joannès, Lola Neufcourt, Cyrille Delpierre, et Michelle Kelly-Irving. « Conditions de vie et compréhension des consignes médicales au temps du Covid-19 ». Synthèse. Premiers résultats du programme EPIDEMIC. Toulouse: IFERISS, 2 juillet 2020.

Continuer la lecture

Le respect des gestes barrières face au Covid-19

Cette note de synthèse s’inscrit dans le volet épidémiologie sociale du projet EPIDEMIC. Elle s’intéresse aux gestes barrières mis en place pour limiter la propagation du virus lors de l’épidémie de Covid-19 en France et aux caractéristiques sociodémographiques et économiques associées au respect ou non de ces mesures de protection face au virus.

Source : Baromètre COVID 19, vagues 1 à 4 (7 avril –5 mai 2020), https://datacovid.org

Citation : Neufcourt, Lola, Camille Joannès, Marine Maurel, Michelle Kelly-Irving, et Cyrille Delpierre. « Le respect des gestes barrières face au COVID-19 ». Synthèse. Premiers résultats du programme EPIDEMIC. Toulouse: IFERISS, 1 juillet 2020.

Continuer la lecture

L’infection par le Covid-19 au regard des caractéristiques socio-économiques

Cette note de synthèse s’inscrit dans le volet épidémiologie sociale du programme EPIDEMIC. Elle s’intéresse à la description de l’épidémie COVID-19 en France en termes sociodémographiques et économiques.

Source : Baromètre COVID 19, vagues 1 à 4 (7 avril –5 mai 2020), https://datacovid.org

Citation : Joannès, Camille, Marine Maurel, Lola Neufcourt, Cyrille Delpierre, et Michelle Kelly-Irving. « L’infection par le Covid-19 au regard des caractéristiques socio-économiques ». Synthèse. Premiers résultats du programme EPIDEMIC. Toulouse: IFERISS, 30 juin 2020.

Continuer la lecture

Épidémiologie sociale : santé, inégalité, comorbidité

La Covid-19 est-elle une épidémie socialement marquée ? Pourquoi les classes populaires sont-elles globalement plus exposées aux problèmes de santé ? De quels outils dispose l’épidémiologie sociale pour mettre en lumière ces inégalités sociales de santé ?

La Méthode scientifique sur France Culture par Nicolas Martin

Pas besoin d’être grand clerc pour savoir que de tout temps, les épidémies dans l’histoire de l’humanité ont touché plus durement les plus pauvres, et les populations les plus défavorisées leur payent toujours un plus lourd tribut. Depuis le 19ème siècle, une discipline se penche sur le lien entre conditions de vie et risques en santé. Et l’actuelle pandémie de Covid-19 n’échappe pas à la règle. Des données outre-Atlantique montrent, par exemple, que les populations noires américaines ont trois fois plus de chances de tomber malade, et six fois plus de chances de mourir que les blancs. En France, on suspecte que la situation est similaire mais on ne peut que le suspecter, car le recueil de données sociales et ethniques est proscrit par la loi. Est-il temps de briser ce tabou et de laisser l’épidémiologie sociale se développer sur notre territoire ?

Épidémiologie sociale : santé, inégalité, comorbidité. C’est le programme médico-social qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique en direct.

Et pour parler de cette dimension sociale de l’épidémiologie, au regard de la pandémie que nous traversons, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui, et à distance Michelle Kelly-Irving, chargée de recherche Inserm au sein de l’équipe EQUITY et Cyrille Delpierre, chargé de recherche Inserm au sein de l’équipe EQUITY.

Pour aller plus loin

Références musicales :
Le titre du jour : 42nd street : Young and health par Dick Powell
Le générique de début : “Music to watch space girls by” par Leonard Nimoy
Le générique de fin : “Says” par Nils Frahm 

L’épidémie face aux inégalités sociales : constat et hypothèses initiales

Les inégalités sociales de santé, i.e. le fait que l’état de santé décroît au fur et à mesure que le niveau social baisse, sont importantes en France et ne tendent pas à se réduire (Mackenbach 2017). Nous pouvons ainsi parler d’un gradient social de santé omniprésent dans le temps et les différents contextes nationaux et locaux (Hertzman 2012). Le rôle des déterminants sociaux sur l’état de santé et l’existence d’un gradient social de santé sont largement démontrés dans la littérature (Galobardes et al. 2006 & Cambois et al. 2008). Les travaux d’épidémiologie sociale ont permis de mettre en évidence l’influence de l’environnement socioéconomique au cours de la vie sur l’état de santé. Cette influence persiste après la prise en compte des comportements à risques.

Ce gradient social concerne des formes pathologiques diverses et les infections ne font pas exception, le risque d’infection n’étant pas le même selon les caractéristiques de logement, de travail et de nutrition des individus (Garès et al. 2017). Un gradient social est ainsi retrouvé dans un grand nombre d’infections et, en miroir, vis-à-vis de la vaccination dans le monde (Bocquier et al. 2017) et particulièrement en France (Bocquier et al. 2018). Concernant l’épidémie de COVID-19, nous ne pouvons, à ce stade, que faire des hypothèses car il existe peu de données sur le risque d’infection et d’évolution en fonction des déterminants sociaux. Deux travaux récents, portant sur les facteurs de risque d’évolution des patients infectés, ont ainsi mis en évidence le rôle de l’âge et de certaines comorbidités, mais aucun des deux n’a collecté d’informations sociales relatives aux patients (Wu et al. 2020 & Zhou et al. 2020). A partir de travaux sur d’autres pathologies, nous faisons ainsi l’hypothèse que certains  déterminants seront susceptibles d’influencer le risque d’infection et d’évolution :

i) Le genre : l’infection ne touchera pas les hommes et les femmes de la même façon puisque les rôles sociaux et professionnels ne les soumettent pas aux risques de la même façon (Wenham et al. 2020). Il en va de même de la gravité de la maladie et des décès qui tendent à être plus fréquents chez les hommes que chez les femmes. On observe en effet un sur-risque masculin dans les deux travaux précédents, bien que non significatif, probablement en lien avec un problème de puissance (Wu et al. 2020 & Zhou et al.2020) ;
ii) De même, le contexte socioéconomique exposera davantage les travailleurs confrontés à la population et les personnes ayant une activité de soins. Enfin, le lieu de résidence peut, à la fois, jouer sur le risque d’infection et sur le recours au système de soins, et donc sur la prise en charge.