Archives par étiquette : inégalités sociales de santé

Enquêter à la sortie du confinement de 2020 sur les inégalités sociales de santé à La Réunion

L’île de La Réunion est un territoire marqué par de fortes inégalités sociales liées aux différences de niveau de revenus ainsi qu’aux conditions de vie et de travail défavorables pour une grande partie de ses habitants. Synthèse des résultats préliminaires de l’étude Ré-Conf-ISS.

Dès le mois de mars 2020, des mesures nationales pour diminuer les contacts entre les personnes et ralentir la progression en population du coronavirus (SARS-CoV-2) responsable de la maladie Covid-19 ont été décrétées, principalement : distanciation sociale et physique accompagnée d’un confinement total à domicile de longue durée, du 17 mars au 11 mai (8 semaines). Ces mesures de prévention concernant toute la population visaient à aplatir la courbe épidémique et éviter une saturation des lits hospitaliers. Cependant, avec de telles mesures, des effets collatéraux dommageables étaient attendus dans la population, probablement plus marqués chez les personnes âgées, les enfants en âge d’être scolarisés, les personnes isolées, les personnes socialement moins favorisées, ou encore celles ayant de mauvaises conditions de logement.

Source des données utilisées : Enquête Ré-Conf-ISS,CIC Réunion et CHU La Réunion, 2020. Enquête téléphonique.

Citation : Fianu A., Aissaoui H., Lenclume V., Naty N., Gérardin P. pour le groupe de travail du CIC de La Réunion sur l’étude du confinement. Ré-Conf-ISS – Une enquête téléphonique à la sortie du confinement de 2020 sur les inégalités sociales de santé à La Réunion. Note de synthèse. Centre d’investigation clinique de La Réunion. Septembre 2021.

Continuer la lecture

Inégalités de santé et Covid-19 : la situation des données en France

Lors de la semaine Data-SHS (organisé annuellement par le réseau des plateformes universitaires de données avec le soutien du TGIR PROGEDO), la PUD-T et l’IFERISS proposait le 08 décembre 2020 une journée Santé Société. Spécifiquement, les participants se sont intéressés à l’analyse et la production des données sur la pandémie pour et/ou par les sciences humaines et sociales.

Michelle Kelly-Irving (EQUITY-CERPOP) a présenter les avancées du programme EPIDEMIC en matière d’analyse des inégalités de santé face au Covid-19 avec les données françaises disponibles.

(Re)visionner l’intervention de Michelle Kelly-Irving sur la chaîne de l’IFERISS de Canal-U.

Déterminants de la détresse psychologique ressentie par la population en France métropolitaine durant le confinement lié à la COVID-19

Cette note de synthèse s’inscrit dans le volet psychologie et santé mentale du programme de recherche EPIDEMIC. Elle s’intéresse aux conséquences psychologiques du confinement selon des caractéristiques sociodémographiques.

Sources des données utilisées : Base de données EPIDEMIC-WP2-V1 (population nationale), CERPPS, 2020. Premier temps de mesure : pendant le confinement.

Citation : Guillemot, C ; Klinkenberg, J., Croiset, A., Cipriani, E & Sordes, F. « Déterminants de la détresse psychologique ressentie par la population en France métropolitaine durant le confinement lié à la COVID-19 » Synthèse. Premiers résultats du programme EPIDEMIC. Toulouse: IFERISS, 25 octobre 2020.

Continuer la lecture

Que sait-on de l’impact du confinement sur la santé mentale ?


La solitude, le manque de lien social ou encore l’accumulation de tâches professionnelles et personnelles sont des facteurs de risque pesant sur la santé mentale pendant le confinement. Alors que la France s’est reconfinée, vous nous demandez quelles sont les conséquences psychologiques de ces restrictions sanitaires, et si des études sont menées sur le sujet.

Article par Pauline Moullot parue dans Libération le 12 novembre 2020 à 07:23
Questions posées par Therry le 30/10/2020
Lire l’article sur Libération.fr (Abonnés)

Les femmes, les jeunes et les personnes en situation précaire sont les plus à risque en termes de détresse psychologique.

Florence Sordes, CERPPS, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès
Continuer la lecture

Entendre une population confinée en France

Depuis le 16 mars 2020, toutes les personnes résidant sur le territoire français, excepté ceux/celles dont l’activité professionnelle considérée comme nécessaire ne peut être exercée à distance, sont confiné.e.s à leur domicile. Mais tous les individus sont-ils/elles égaux/égales face à cette mesure et que sait-on concrètement des conditions de ce confinement et des différentes pratiques dans les territoires ruraux, urbains et périurbains ; selon que l’on réside en habitat individuel ou collectif ; que l’on dispose ou non d’un jardin ? Quels sont les problèmes qui se posent très concrètement aux parents d’enfants de différents âges ; aux personnes fragiles, qu’elles soient âgées, handicapées ou atteintes de pathologies ? Comment ces mesures s’appliquent-elles pour les personnes subissant (simultanément) différentes formes de domination ou de discrimination ? En quoi le quotidien des familles dont l’un des membres n’a pas été soumis au confinement diffère-t-il des autres ? Comment la population générale et en particulier les patient·e·s atteint·e·s du COVID-19 assigné·e·s à résidence se positionnent-ils/elles face à de nouvelles normes sanitaires (distanciation sociale, lavage des mains toutes les deux heures, prise de température…) ? A l’heure où les portes se ferment sur les familles, quel suivi social est proposé dans les foyers, notamment dans ceux où la restauration scolaire et/ou la distribution alimentaire solidaire étaient les seules sources alimentaires ? 

Dans les circonstances de restriction qui furent les nôtres au printemps 2020, l’examen des conditions concrètes de vie des personnes confinées s’appuie sur une campagne d’entretiens semi-directifs conduits durant le confinement (avril et mai 2020).

Continuer la lecture

Covid-19 infection and socio-economic characteristics

This summary is part of the social epidemiology work package of the EPIDEMIC project. It describes the COVID-19 epidemic in France in socio-demographic and economic terms.

Data sources : Baromètre COVID 19 database, wave 1 to 4 (7th April –5th May 2020) https://datacovid.org

Citation : Joannès, Camille, Marine Maurel, Lola Neufcourt, Cyrille Delpierre, et Michelle Kelly-Irving. « Covid-19 Infection and Socio-Economic Characteristics ». Summary. Translate by Niamh Redmond. Program EPIDEMIC Firt Results. Toulouse: IFERISS, 30 juin 2020.

Continuer la lecture

Tous égaux devant les gestes barrières ? Responsabilité individuelle et contraintes sociales

Les enseignements du module « inégalités sociales » du Baromètre Covid_19
par B. Dormont, P. Dourgnon, L. Rochaix, M. Kelly-Irving, C. Delpierre

Faisant irruption dans nos modes de vie individualistes, l’épidémie de Covid a replacé au centre de nos préoccupations la notion de responsabilité sociale, c’est-à-dire les conséquences collectives de nos comportements individuels.

Face à l’ampleur de l’épidémie, le gouvernement français, comme ses voisins, a imposé un confinement et des mesures contraignantes sur les déplacements, assortis d’injonctions de distanciation sociale. Dans un tel contexte, chacun devait comprendre que protéger les autres, c’était se protéger soi-même.

Le respect des gestes de distanciation sociale a rapidement été converti en norme morale dans le débat public. Les médias ont abondamment diffusé des images stigmatisant les comportements irresponsables : pique-nique au soleil, attroupements sur les trottoirs, absence de distanciation physique. Le 3 avril 2020, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, affirma que « Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement ne l’ont pas respecté. Il y a une corrélation très simple. ». Ce jugement, qui n’était étayé par aucune preuve et relevait de la caricature suscita l’indignation générale. Mais cette tendance à stigmatiser des comportements déviants et à travers eux, certains groupes de population, reste présente. On la retrouve aujourd’hui dans la responsabilité maintenant imputée aux « jeunes » dans le regain de l’épidémie.

Continuer la lecture →

L’infection par le Covid-19 au regard des caractéristiques socio-économiques

Cette note de synthèse s’inscrit dans le volet épidémiologie sociale du programme EPIDEMIC. Elle s’intéresse à la description de l’épidémie COVID-19 en France en termes sociodémographiques et économiques.

Source : Baromètre COVID 19, vagues 1 à 4 (7 avril –5 mai 2020), https://datacovid.org

Citation : Joannès, Camille, Marine Maurel, Lola Neufcourt, Cyrille Delpierre, et Michelle Kelly-Irving. « L’infection par le Covid-19 au regard des caractéristiques socio-économiques ». Synthèse. Premiers résultats du programme EPIDEMIC. Toulouse: IFERISS, 30 juin 2020.

Continuer la lecture

L’épidémie face aux inégalités sociales : constat et hypothèses initiales

Les inégalités sociales de santé, i.e. le fait que l’état de santé décroît au fur et à mesure que le niveau social baisse, sont importantes en France et ne tendent pas à se réduire (Mackenbach 2017). Nous pouvons ainsi parler d’un gradient social de santé omniprésent dans le temps et les différents contextes nationaux et locaux (Hertzman 2012). Le rôle des déterminants sociaux sur l’état de santé et l’existence d’un gradient social de santé sont largement démontrés dans la littérature (Galobardes et al. 2006 & Cambois et al. 2008). Les travaux d’épidémiologie sociale ont permis de mettre en évidence l’influence de l’environnement socioéconomique au cours de la vie sur l’état de santé. Cette influence persiste après la prise en compte des comportements à risques.

Ce gradient social concerne des formes pathologiques diverses et les infections ne font pas exception, le risque d’infection n’étant pas le même selon les caractéristiques de logement, de travail et de nutrition des individus (Garès et al. 2017). Un gradient social est ainsi retrouvé dans un grand nombre d’infections et, en miroir, vis-à-vis de la vaccination dans le monde (Bocquier et al. 2017) et particulièrement en France (Bocquier et al. 2018). Concernant l’épidémie de COVID-19, nous ne pouvons, à ce stade, que faire des hypothèses car il existe peu de données sur le risque d’infection et d’évolution en fonction des déterminants sociaux. Deux travaux récents, portant sur les facteurs de risque d’évolution des patients infectés, ont ainsi mis en évidence le rôle de l’âge et de certaines comorbidités, mais aucun des deux n’a collecté d’informations sociales relatives aux patients (Wu et al. 2020 & Zhou et al. 2020). A partir de travaux sur d’autres pathologies, nous faisons ainsi l’hypothèse que certains  déterminants seront susceptibles d’influencer le risque d’infection et d’évolution :

i) Le genre : l’infection ne touchera pas les hommes et les femmes de la même façon puisque les rôles sociaux et professionnels ne les soumettent pas aux risques de la même façon (Wenham et al. 2020). Il en va de même de la gravité de la maladie et des décès qui tendent à être plus fréquents chez les hommes que chez les femmes. On observe en effet un sur-risque masculin dans les deux travaux précédents, bien que non significatif, probablement en lien avec un problème de puissance (Wu et al. 2020 & Zhou et al.2020) ;
ii) De même, le contexte socioéconomique exposera davantage les travailleurs confrontés à la population et les personnes ayant une activité de soins. Enfin, le lieu de résidence peut, à la fois, jouer sur le risque d’infection et sur le recours au système de soins, et donc sur la prise en charge. 

Confinement : comment étudier son impact sur les inégalités sociales ?

Le confinement protège les personnes fragiles face à la pandémie du coronavirus. Mais quel est son impact sur les personnes vulnérables ? Isolement psychologique, violences conjugales, difficultés économiques, etc. Hormis l’infection et ses conséquences médicales, quels sont les autres facteurs à risques pour la santé publique ? Avis et hypothèses de deux épidémiologistes toulousains chercheurs à l’Inserm.

Michelle Kelly-Irving et Cyrille Delpierre sont membres du laboratoire Épidémiologie et analyses en santé publique : risques, maladies chroniques et handicaps (Inserm et Université Toulouse III – Paul Sabatier) au sein de l’équipe EQUITY.

Propos recueillis par Christine Ferran et Anne-Claire Jolivet, de l’équipe Exploreur.

https://exploreur.univ-toulouse.fr/confinement-comment-etudier-son-impact-sur-les-inegalites-sociales