Archives par étiquette : sociologie

Le numérique, accès et usages différenciés : des inégalités renforcées pendant le confinement ?

De nombreux travaux mettent régulièrement en avant une « fracture numérique » qui entraîne ou exacerbe certaines inégalités sociales (scolaires, médicales, professionnelles)[1]. La période de confinement a agi comme un accélérateur pour ce phénomène en réduisant les possibilités de face à face dans toutes les interactions et notamment dans les institutions, que ce soit au niveau scolaire ou dans les organismes d’ouverture de droits sociaux. Le manque de moyens matériels, de ressources sociales ou de compétences technologiques ont renforcé la distance entre certaines populations, souvent en situation de précarité, et les services de l’Etat qui – paradoxalement – ont en charge la réduction de ces inégalités sociales.

Le corpus, aux profils variés, de l’enquête EPIDEMIC montre que les lignes de fractures sont multiples : plusieurs catégories de populations (personnes précaires, migrant·e·s, personnes âgées) sont touchées ; l’impact et les conséquences sont plus ou moins importants selon les populations ; et enfin, les inégalités qui se trouvent renforcées concernent différents champs. Aborder la question des inégalités à travers le prisme du numérique permet d’accéder à de nombreux domaines de pratiques qui vont de l’accès aux droits au maintien des sociabilités.

Continuer la lecture

Familles confinées : une inégalité à redécouvrir l’habiter ?

Les possibilités de « redécouvertes » de son habitat ou de recentrement sur soi sont inégales selon les classes sociales et les conditions matérielles d’existence (grand appartement ou maison, conservation de l’emploi, confort technologique et notamment numérique ). Les plus précaires semble devoir « faire avec » le confinement et adapter leur quotidien aux mesures sanitaires imposées, dans un espace réduit et avec un accès limité aux technologies d’information et de communication. Pour ces familles, les « nouveaux usages du logement » – le plus souvent contraints – font l’objet de compromis, négociations, partages et répartitions, lesquels s’incarneraient principalement autour des problématiques d’espaces et de temps.

Ces hypothèses s’appuie sur les premiers retours d’une enquête qualitative par entretien menée pendant le confinement auprès d’une population aux profils variés (en termes de genre, âge, classe, sexualité) et dans différents types d’habitats (maison ou appartement, en parc privé ou HLM, squat, bidonville). A partir de ce matériau d’enquête, nous souhaitons analyser les conditions matérielles inégales de confinement et leurs conséquences sur les modes d’habiter. Nous nous intéresserons aux éventuelles « réinventions » des usages de l’habiter et renégociations des relations familiales et communautaires, au prisme de la classe sociale et du genre.

Entendre une population confinée en France

Depuis le 16 mars 2020, toutes les personnes résidant sur le territoire français, excepté ceux/celles dont l’activité professionnelle considérée comme nécessaire ne peut être exercée à distance, sont confiné.e.s à leur domicile. Mais tous les individus sont-ils/elles égaux/égales face à cette mesure et que sait-on concrètement des conditions de ce confinement et des différentes pratiques dans les territoires ruraux, urbains et périurbains ; selon que l’on réside en habitat individuel ou collectif ; que l’on dispose ou non d’un jardin ? Quels sont les problèmes qui se posent très concrètement aux parents d’enfants de différents âges ; aux personnes fragiles, qu’elles soient âgées, handicapées ou atteintes de pathologies ? Comment ces mesures s’appliquent-elles pour les personnes subissant (simultanément) différentes formes de domination ou de discrimination ? En quoi le quotidien des familles dont l’un des membres n’a pas été soumis au confinement diffère-t-il des autres ? Comment la population générale et en particulier les patient·e·s atteint·e·s du COVID-19 assigné·e·s à résidence se positionnent-ils/elles face à de nouvelles normes sanitaires (distanciation sociale, lavage des mains toutes les deux heures, prise de température…) ? A l’heure où les portes se ferment sur les familles, quel suivi social est proposé dans les foyers, notamment dans ceux où la restauration scolaire et/ou la distribution alimentaire solidaire étaient les seules sources alimentaires ? 

Dans les circonstances de restriction qui furent les nôtres au printemps 2020, l’examen des conditions concrètes de vie des personnes confinées s’appuie sur une campagne d’entretiens semi-directifs conduits durant le confinement (avril et mai 2020).

Continuer la lecture

Laboratoire CRESCO EA7419

Le Centre de Recherche Sciences Sociales Sports et COrps regroupe des enseignants chercheurs en sciences sociales (sociologie, histoire, psychosociologie) dont la spécificité est d’étudier les pratiques corporelles et sportives. Les recherches du CRESCO s’organisent autour de la thématique générale « Education/formation, santé et inégalités ». En savoir plus.

Le CRESCO est membre de l’Institut Fédératif d’Études et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société.

Continuer la lecture

Le collectif des ConfIns

Le collectif des ConfIns (pour “confinements et inégalités sociales”) réunit des chercheur·e·s volontaires de différents instituts. Il a été créé à l’occasion du programme EPIDEMIC (financé par l’ARS et la Région Occitanie) pour enquêter sur les conditions matérielles de vie des individus confinés en France au printemps 2020.

Continuer la lecture

SHS vs COVID-19

Quel rôle des sciences humaines et sociales dans la lutte contre COViD-19 ? On en parle avec des sociologues, anthropologues, philosophes qui travaillent sur des thèmes liés à la pandémie. Accéder aux différentes parties du live ⬇️ ⬇️ et plus d’informations sur https://www.grandlabo.com/newsletter

44:32 – Michelle Kelly-Irving, épidémiologue (INSERM / LEASP)

Considérer les conditions matérielles d’existence durant le confinement

Les décisions publiques et sociales prises pour contenir l’épidémie en France méritent d’être étudiées afin de connaître leurs conséquences à court, moyen et long termes et de se préparer au mieux pour les épidémies futures. Documenter différentes situations de confinement et analyser leurs conséquences psychologiques, sociales et économiques nous permettra, en effet, d’explorer les liens existant entre les méthodes de contrôle des épidémies et la distribution de la vulnérabilité dans une population, pendant et après une épidémie (Lynteris & Poleykett 2018).

En explorant les impacts politiques et sociaux de la quarantaine dans différentes parties du monde, les historiens ont ainsi pu démontrer comment des mesures de confinement ont permis d’instituer des relations économiques et de pouvoir sur le terrain (voir Bashford 2016 ; Chircop & Martinez 2018). Des anthropologues ont, à leur tour, mis en évidence les inégalités sociales et économiques qui pouvaient être à la fois révélées et renforcées par les mesures de confinement imposées lors de récentes épidémies (Briggs & Mantini-Briggs 2016). Ces travaux soulignent la subtilité des enjeux communicationnels et l’attention à porter aux conditions matérielles d’existence des personnes lors d’interventions aussi massives en santé publique. Ces analyses, portant sur des expériences antérieures de confinement à visée sanitaire, soulignent l’intérêt de considérer les effets différenciés des mesures de confinement en fonction des groupes socioéconomiques visés et de prêter attention aux questions relevant de l’expérience ordinaire vécue intimement pour construire le consensus sur ces questions (Poleykett 2018).

La disparité des situations et la mise en danger de personnes vulnérables au nom de l’impératif sanitaire questionnent la compatibilité d’une mesure uniforme de confinement avec le principe de justice sociale. Dans la mesure où la réflexion philosophique sur la justice consiste à déterminer les distinctions qui justifient moralement un traitement égal et celles qui justifient un traitement différent, un examen détaillé des conditions concrètes d’existence des personnes confinées est nécessaire pour prendre la mesure des difficultés auxquelles celles-ci sont confrontées dans leur quotidien et déterminer comment accompagner au mieux les populations défavorisées et les personnes vulnérables en temps de crise.

L’examen des conditions concrètes dans lesquelles différentes populations sont susceptibles de faire l’expérience de mesures nationales de confinement constitue donc un enjeu de santé publique et de justice sociale majeur.